Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice

Président  >>   Activités

Alassane Bala Sakandé, Parrain des Nuits atypiques de Koudougou : « La culture étant le levain de tout développement, elle ne doit pas être délaissée et reléguée au rang de parent pauvre des politiques publiques »

« Culture et migrations » tel a est le thème retenu pour la célébration des Nuits atypiques de Koudougou (NAK) édition 2018. L’ouverture officielle de ce festival culturel est intervenue au soir du mercredi le 28 novembre dernier sous le parrainage du Président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé. Disséquant le thème lors de son discours, celui-ci a invité les candidats à la migration à se pencher sur la culture, facteur de dialogue et ciment de consolidation de notre vivre ensemble.

En venant à Koudougou pour donner le clap de début de cette fête de la musique dont l’Association Bénébnoma est passée maître dans son organisation depuis 23 éditions, Alassane Bala Sakandé mesurait sans doute l’accueil chaleureux qui lui sera réservé. Et c’est sans surprise que celui que les autorités de la région du Centre Ouest, le gouverneur en tête, ont accueilli à ‘l’entrée de la ville, a eu droit à des acclamations et des hourras bien nourris dès son entrée au Théâtre populaire. A cette cérémonie d’ouverture, de la musique, de l’humour et de la gaieté ont ponctué les allocutions. Aussi bien pour le maire de la ville, Moctar Maurice Zongo que pour le Directeur des NAK, Koudbi koala, la cité du cavalier rouge et ses habitants se sentent honorés par la présence à leurs côtés du le Chef du Parlement Burkinabè. Selon le premier responsable, le choix de Alassane Bala Sakandé n’est pas fortuit : « Aussitôt élu à la tête du Parlement, il a tout de suite affiché son amour pour la culture et son désir de la voir se développer ».

De la musique et de l’humour…
Des dires du premier responsable du festival, Koudbi Koala, la ville de Koudougou connaîtra une effervescence particulière durant une semaine. Les attractions seront sans conteste la rue marchande à la Place de la Nation et le village atypique avec ses 280 stands d’exposition. Les NAK c’est aussi les enfants. Afin de faire vivre la fête par les tout-petits, l’organisation a prévu l’aménagement d’un espace enfant pour ses derniers. Un endroit sain, éducatif et à 100% culturel pour les plus jeunes. Côté échanges, des rencontres thématiques auront lieu autour du thème : « culture et migrations ». Foi du Directeur du festival, des sous thèmes seront développés pendant trois jours à la salle des fêtes de la mairie de Koudougou, à partir du vendredi 30 novembre. Et pour couronner le tout, Koudbi Koala et ses gens ont mis les petits plats dans les grands pour assurer une animation en continue dans toute la ville. Le Directeur des Nuits atypiques n’a pas tu, dans son adresse au public, de faire un plaidoyer. Celui de réunir des fonds pour la réalisation d’un complexe culturel qui servira de siège au festival.

20 millions pour les NAK
Avant de donner le clap d’ouverture du festival, Alassane Bala Sakandé a rendu hommage, avec beaucoup d’émotion dans la voix, à l’initiateur du festival qui a « quitté le confort douillet du confort de la fonction publique pour se consacrer à la culture ». A l’endroit de tous, il a dit ceci : « La culture étant le levain de tout développement, elle ne doit pas être délaissée et reléguée au rang de parent pauvre des politiques publiques comme c’est le cas dans de nombreux pays où elle est considérée comme une garniture sur la table à manger en période faste mais la première chose que l’on sacrifie en période de vaches maigres. Car comme le disait le capitaine Thomas Sankara dans le journal français « Libération » du 5 mars 1987 : « Un peuple n’est jamais grand quand il n’a pas conscience de la culture ». Revenant sur le thème de cette année « Culture et migrations », le parrain a souhaité que la culture soit le levain de notre développement afin que la jeunesse trouve en elle tout le nécessaire pour son épanouissement et se départisse des entreprises hasardeuses et suicidaires. Pour terminer, le parrain a promis que l’Assemblée nationale casquera 10 millions de francs CFA par an pendant deux ans, donc 20 millions, comme contribution pour la construction du siège des NAK.
La coupure du ruban symbolique et la visite guidée des stands du village atypique ont mis fin à cette cérémonie d’ouverture.

A lire également :