Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice

Hémicycle  >>   Comptes rendus analytiques

COMPTE RENDU ANALYTIQUE DE LA SEANCE PLENIERE DU LUNDI 17 SEPTEMBRE 2018

Président de séance :
Monsieur Alassane Bala SAKANDE
Président de l’Assemblée nationale

Secrétaires de séance :
-  Monsieur Moussa ZERBO
Sixième Secrétaire parlementaire
-  Monsieur Abdoulaye MOSSE
Deuxième Secrétaire parlementaire

Ordre du jour : Exposé introductif de Son Excellence Monsieur le Premier ministre sur la question sécuritaire du Burkina Faso.

La séance plénière du lundi 17 septembre 2018 a débuté à 11 heures 16 minutes.

1. Le quorum

La vérification des présences a donné le quorum suivant :

-  absents excusés : 25
-  absents non excusés : 06
-  députés présents : 96
-  procurations : 17
-  votants : 113

2. Les annonces

Les comptes rendus analytiques des séances plénières des vendredi 27, lundi 30 juillet et du mercredi 12 septembre 2018, mis à la disposition des députés, ont été adoptés.

Par ailleurs, le procès-verbal de la séance plénière du lundi 28 mai 2018 a également été adopté.

3. L’exposé introductif du Premier ministre

Son Excellence Monsieur Paul Kaba THIEBA, Premier ministre, dès l’entame de son exposé a indiqué que la situation sécuritaire du Burkina Faso s’est dégradée considérablement depuis le début de l’année 2018. Selon lui, c’est une guerre injuste imposée au peuple burkinabè.

En conséquence, le gouvernement s’engage à assurer la sécurité des Burkinabè et de leurs biens ainsi que l’intégrité du territoire national. En outre, il s’agit pour le chef du gouvernement de défendre des valeurs telles que la liberté, la démocratie, l’égalité et le respect d’autrui.

Cependant, plusieurs victimes sont à déplorer à l’occasion des attaques terroristes. Le bilan fait état de 118 décès de 2015 au 15 septembre 2018 dont 48 au sein des Forces de défense et de sécurité (FDS).

Il a poursuivi son propos en affirmant que du 1er janvier 2018 au 15 septembre 2018, 69 victimes ont été dénombrées dont 31 parmi les FDS. Ce chiffre représente plus de 50% du bilan total rendant la situation sécuritaire préoccupante. Par la suite, Monsieur Paul Kaba THIEBA, a exprimé sa compassion, au nom du gouvernement, aux victimes disparues et a souhaité prompt rétablissement aux blessés.

Au cours de l’année 2018, les attaques ont concerné outre la région du Sahel, l’Etat-major général de l’armée, l’Ambassade de France à Ouagadougou, aussi les régions du Sud-Ouest et de l’Est surtout. Des tentatives d’implantation de groupes armées sont à signaler dans la région de l’Est.

Monsieur le Premier ministre a signifié qu’au regard de l’évolution des modes opératoires des groupes terroristes, une adaptation de la politique de défense du territoire national et du dispositif sécuritaire s’avèrent nécessaires. Ce sont surtout les symboles de l’Etat qui sont ciblés.

Cette situation perturbe les activités socio-économiques et crée une psychose au sein de la population et vis-à-vis des éventuels investisseurs étrangers. Ces attaques terroristes ont pour conséquence aussi d’ébranler le moral des FDS et l’unité nationale, selon le Chef du gouvernement. Le Burkina Faso serait victime d’une tentative de déstabilisation, a-t-il poursuivi.

Concernant la situation de la menace terroriste sur l’ensemble du territoire, le Premier ministre a indiqué qu’au Nord, elle est préoccupante en dépit d’une relative accalmie sécuritaire ces derniers temps. En effet, les groupes terroristes y font des incursions, des prêches, des enlèvements et assassinats ciblés, des attaques des symboles étatiques.

Au centre, notamment, Ouagadougou, la menace d’attentats est toujours permanente. Les attaques sont ciblées aux symboles stratégiques de l’Etat.

A l’Ouest du pays, il règne un climat relativement calme tandis qu’au Sud-Ouest, la situation sécuritaire s’est détériorée dans le Poni et le Noumbiel avec des attaques des services déconcentrés de l’Etat et les activités de bandits armés liées à l’orpaillage. Au niveau des frontières sud du pays, les trafics d’armes sont signalés.

L’Est a connu des tentatives d’implantations de fiefs de terroristes en 2015 et demeure en 2018, la cible régulière d’attaques. Dix-huit éléments des FDS y ont perdu la vie cette année avec également d’importantes pertes matérielles. Les groupes armés terroristes excellent dans cette région avec des techniques et procédés militaires.

Au regard de cette situation sécuritaire, monsieur le Premier ministre a affirmé que des actions sont entreprises pour neutraliser le terrorisme et autres défis sécuritaires auxquels le Burkina Faso est confronté. L’accent sera mis sur des sensibilisations civiles et militaires pour le respect du droit international humanitaire. Le renforcement des capacités opérationnelles des FDS sera effectif par l’équipement et la formation des unités d’élites et des forces spéciales.

Pour la sécurisation du territoire national, des opérations sont menées à l’intérieur du pays ainsi qu’avec les pays voisins, le G5 Sahel et la Force Barkhane. Des mesures sont également prises pour le renforcement du dispositif militaire au Nord, au Centre et à l’Est du pays ainsi que pour la protection des casernes et autres points sensibles militaires.

Toutefois, le Chef du gouvernement a affirmé l’existence de plusieurs contraintes et limites. Il s’agit des difficultés essentiellement d’ordre logistique et opérationnel.

Comme perspectives, Monsieur le Premier ministre a indiqué la prise de grandes décisions lors de la dernière session du Conseil supérieur de la défense nationale sous la direction du Président du Faso, Chef suprême des armées. En effet, des instructions ont été données au ministère de la défense nationale et des anciens combattants afin de prendre toutes les mesures nécessaires pour la sécurisation du territoire national. Une relecture de la politique de défense nationale et une acquisition urgente de moyens matériels et logistiques ont été également instruites. Le Plan d’urgence pour le Sahel sera aussi renforcé.

Monsieur le Premier ministre a terminé son propos, en lançant un appel à un sursaut national et à l’union de tous les Burkinabè pour faire face au terrorisme.

Avant de lever la séance, le Président de l’Assemblée nationale a remercié le Premier ministre pour les informations fournies au peuple burkinabè, à travers la représentation nationale. Il a aussi demandé la disponibilité des membres du gouvernement qui devront, les jours qui suivent et ce à huis clos, se prêter aux interrogations des députés sur le point fait par le Chef du gouvernement.

La prochaine séance plénière est annoncée pour le mardi 18 septembre 2018 à 10 heures. Elle sera consacrée à l’audition du ministre de la défense nationale et des anciens combattants et de celui de la sécurité.

La séance plénière a pris fin à 12 heures 12 minutes.

Ouagadougou, le 17 septembre 2018.

Le Président

Alassane Bala SAKANDE

Le secrétaire de séance

Moussa ZERBO
Sixième Secrétaire parlementaire

A lire également :