Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice

Actualités

Récupération et recyclage de déchets plastiques Le Chef du Parlement visite une déchèterie à Toudbwéogo

Toudbwéogo est un quartier situé dans la périphérie Nord de Ouagadougou, précisément dans l’arrondissement 4. Là-bas, des femmes, regroupées au sein d’une association, font dans la récupération et la valorisation des déchets plastiques. Si depuis 2005, date de création de ladite structure, les choses allaient bien, la situation est toute autre de nos jours. D’énormes difficultés plombent, en effet le fonctionnement dudit centre. D’où le cri de cœur de ses promotrices dans l’oreille bienveillante du Président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé, venu leur rendre visite le samedi 05 janvier 2019.

Alors que la brise matinale, particulièrement très glaciale, ce matin du samedi 05 janvier dernier, contraignait bien des Ouagalais à la réclusion chez eux, Alassane Bala Sakandé à la tête d’une délégation de députés et de collaborateurs allait à la rencontre des membres de l’Association des femmes pour la valorisation des déchets plastiques de Toudbwéogo.
Sur les lieux, habillées en blouses de couleur verte, les travailleuses du plastique, une trentaine environ, avaient retiré leurs gants pour recevoir le Président Alassane Bala Sakandé. Chaleur dans l’accueil, sourires partagés, bref, l’hôte du jour a été la bienvenue. « Aujourd’hui, c’est la sobriété » laisse entendre le Maître de cérémonie, annonçant du coup le programme des échanges.

« Nous nous remettons à vous »

Le visiteur du jour, avant de constater de visu la réalité à lui contée, a tenu à écouter les femmes de l’Association, faire l’historique de leur centre. C’est ainsi que leur trésorière a appris à l’hôte que depuis 2005, le centre s’est beaucoup démené dans la récupération et le traitement des déchets plastiques. « En 14 ans d’existence, nous avons pu stocker 160 tonnes de déchets, produire 300 tonnes de granulés plastiques et œuvrer à changer les comportements des ménages en matière de gestion des déchets plastiques » indique la porte-parole des dames. Sur le plan économique, en plus d’employer 30 femmes qui vivent exclusivement de ce travail, le centre propose des produits de transformation des déchets plastiques tels des petits bidons indiqués pour le conditionnement de l’huile de moteur.
Cette embellie du centre n’est plus d’actualité. A entendre la trésorière, ces dernières années s’avèrent difficiles à vivre. L’insuffisance d’énergie électrique due aux pannes des groupes électrogènes et des autres machines, ont eu pour conséquences l’arrêt des travaux. Et ce n’est pas tout. Les femmes ont fait savoir qu’elles ne disposent plus d’effet de protection si fait que de nos jours, elles risquent des morsures de reptiles et des écorchures de tessons de bouteilles ou de morceaux de métaux. En gros, le centre est au ralenti et ses actrices n’arrivent plus à se prendre en charge à telle enseigne que les animatrices disent s’en remettre au Président de l’Assemblée nationale.

« Je serai votre porte-voix »

Après cette litanie des maux dont souffre le centre, Alassane Bala Sakandé a fait le tour des installations pour toucher du doigt la réalité. Dans les salles contenant les machines, points de vie. La crasse noire sur celles-ci présente de plus en plus un aspect pourpre de poussière, preuve que les ronronnements des moteurs ne se sont plus faits entendre depuis belle lurette. Preuve surtout que c’est la période des vaches maigres au centre. C’est à la fois affligeant et décevant. Et le Président de l’Assemblée nationale n’a pu s’empêcher de laisser parler son cœur. Sine die, Alassane Bala Sakandé a promis envoyer des techniciens diagnostiquer les pannes sur les machines. Sur le plan sanitaire, il fera bénéficier à toutes les femmes le vaccin antitétanique et leur fournir en même temps de quoi soigner les morsures de reptiles. « Pour l’écoulement des produits, je serai votre porte-voix. Je plaiderai auprès des grandes stations-services pour qu’elles s’approvisionnent auprès du centre en bidons pour conditionner leurs huiles de moteur. Pour le transport des déchets, vous aurez dans peu de temps, un tricycle » a promis le visiteur du jour dans un tonnerre d’applaudissements. Cerise sur le gâteau, le Président de l’Assemblée nationale a promis entrer en contact avec le ministre de l’Energie pour demander une extension en faveur des machines du centre.
A la suite du Président Sakandé, la député Isabelle Chevalley, grand soutien des femmes du centre, a salué la visite du Président de l’Assemblée nationale.
Sourires perdus, rire retrouvés ! Ces discours prometteurs feront retrouver sans doute au centre de traitement et de valorisation des déchets plastiques son lustre d’antan. Fini donc le désarrois et l’expectative.

A lire également :