Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice

Actualités

Première session spéciale 2019 ,la prorogation de l’état d’urgence à l’ordre du jour

Les députés se sont réunis en séance plénière ce mardi 8 janvier 2019 à l’effet d’ouvrir la première session spéciale de l’année 2019.
Convoquée par Arrêté n°2019-002/AN PRES du 04 janvier 2019, cette session se réuni à l’effet de délibérer sur le projet de loi portant prorogation de l’état d’urgence.

La prorogation de l’état d’urgence au-delà de 12 jours, en application des dispositions de l’article 2 de loi du 31 aout 1959, ne peut être autorisée que par l’Assemblée nationale.
Au regard de la situation sécuritaire de plus en plus préoccupant au Burkina Faso, l’état d’urgence a été déclaré par le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, par décret n°2018-1200/PRES du 31 décembre 2018, dans 14 provinces du pays.
Dans son discours d’ouverture le président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé a rappelé les conditions dans lesquelles se tient cette session spéciale. Il a invité la Représentation nationale à mettre à la disposition de l’exécutif les moyens légaux indispensable pour assurer la sécurité des Burkinabè.

« Certes, le point à l’ordre du jour de cette session spéciale émane d’une décision de l’exécutif. Mais il nous appartient tous, sans considération d’appartenance politique ou idéologique d’examiner le projet de loi pour l’intérêt général dont il est porteur et non pour une toute autre considération »
Suites aux évènements de Yirgou que le Président Sakandé a qualifié de « barbarie innommable jamais connue de mémoire de Burkinabè », il a fait observer une minute de silence à la mémoire des victimes.
Il a interpellé toutes les couches sociales de notre pays à cultiver le vivre ensemble.
En ce qui concerne l’Assemblée nationale, le chef du parlement Burkinabè a annoncé l’organisation dans les prochains jours d’un forum inter-religieux, interculturel et inter-ethnique.
Pour finir, il a appelé les intellectuel, les hommes de médias et les utilisateurs des réseaux sociaux à la retenue dans leurs propos.

A lire également :