Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice

Hémicycle  >>   Comptes rendus analytiques

COMPTE RENDU ANALYTIQUE DE LA SEANCE PLENIERE DU MARDI 08 JANVIER 2019

Président de séance :
Monsieur Alassane Bala SAKANDE
Président de l’Assemblée nationale

Secrétaires de séance :
-  Monsieur Sangouan Léonce SANON
Premier Secrétaire parlementaire
-  Monsieur Boukary BARRY
Quatrième Secrétaire parlementaire

Ordre du jour :
Ouverture de la première session spéciale de l’année 2019.

La séance plénière du mardi 08 janvier 2019 s’est ouverte à 16 heures 11 minutes.

1. Le quorum :
La vérification des présences a donné le quorum suivant :

-  absents excusés : 12
-  absents non excusés : 02
-  députés présents : 113
-  procurations : 08
-  votants : 121

2. Les annonces
Les comptes rendus analytiques des séances plénières des 18, 20 et 21 décembre 2018, mis à la disposition des députés, ont été adoptés.

En outre, les procès-verbaux des 30 octobre, 13 et 27 novembre 2018, mis à la disposition des députés, ont été adoptés.

Par ailleurs, le projet d’ordre du jour de la session spéciale, établi par la Conférence des présidents, réunie le mardi 08 janvier 2019, a été adopté.
Enfin, la plénière a été informée que la tenue de cette session spéciale tire son fondement des dispositions de l’article 58 de la Constitution et de l’article 2, alinéa 2 de la loi organique n°14-59/AL du 31 août 1959. Conformément à ces dispositions, la prorogation de l’état d’urgence, au-delà de 12 jours, ne peut être autorisée que par l’Assemblée nationale, qui se réunit de plein droit. C’est dans cette dynamique que le Premier ministre, par lettre n°2019-002/PM/DIR-CAB du 04 janvier 2019, a demandé l’examen du projet de loi relatif à la prorogation de l’état d’urgence déclarée par le gouvernement du Burkina Faso.

3. Le mot d’ouverture du Président de l’Assemblée nationale

Dans son adresse, le président de l’Assemblée nationale a indiqué que cette session spéciale a pour objet d’examiner le projet de loi portant prorogation de l’état d’urgence instauré par décision du Président du Faso dans quatorze provinces du Burkina Faso, au regard de la situation sécuritaire qui prévaut dans les régions de la Boucle du Mouhoun, des Hauts-Bassins, du Centre-Est, de l’Est, du Nord et du Sahel.

L’état d’urgence a été décrété, pour répondre à la question sécuritaire sans précédent dans l’histoire de notre pays afin de garantir aux citoyens le droit à la protection, sans distinction d’appartenance religieuse, ethnique ou politique. Et face aux épreuves, l’unité et le rassemblement doivent être de rigueur, sans pour autant faire dans l’humanisme béat.

Cette session spéciale intervient peu après le drame qui affecte le peuple burkinabè tout entier. En effet, le 1er janvier 2019, Yirgou, dans la commune de Barsalogho, province du Sanmatenga, a été le théâtre d’une barbarie. Suite au meurtre du chef de ce village et de six autres personnes par des individus non identifiés, la communauté peulh a été victime d’une véritable et abominable chasse à l’homme qui a entraîné plusieurs dizaines de morts et des dégâts matériels très importants.

Tout en présentant ses condoléances aux familles éplorées et souhaitant un prompt rétablissement aux blessés, la Représentation nationale a été invitée à observer une minute de silence en mémoire des victimes.

Aussi, le Président a exhorté les autorités compétentes à ouvrir avec diligence une enquête sur ce drame humain, afin de situer toutes les responsabilités et d’en tirer avec fermeté toutes les conséquences. Les présumés coupables de cette horreur doivent être traduits sans complaisance devant les juridictions compétentes, afin de subir la loi dans toute sa rigueur.

En vue d’œuvrer à la préservation de la cohésion sociale et des conflits inter communautaires et inter religieux, l’Assemblée nationale envisage, dans les mois à venir, l’organisation d’un forum national sur le dialogue interreligieux, interculturel et interethnique.

Il a terminé en exhortant tous les Burkinabè, notamment les hommes politiques, les intellectuels, les leadeurs d’opinion, les responsables coutumiers et religieux, les représentants de toutes les communautés ethnolinguistiques, les hommes de médias, les usagers des réseaux sociaux numériques, au sens de la retenue et du discernement.

Avant de lever la séance, le Président a déclarée ouverte la première session spéciale de l’année 2019.

La prochaine séance plénière est annoncée pour le vendredi 11 janvier 2019 à 10 heures. Elle sera consacrée à l’examen du projet de loi portant autorisation de prorogation de l’état d’urgence.

La séance plénière a pris fin à 16 heures 37 minutes.

Ouagadougou, le 09 janvier 2019

Le Président

Alassane Bala SAKANDE

Le Secrétaire de séance

Boukary BARRY
Quatrième Secrétaire parlementaire

A lire également :